ARCHITECTURES B & D

pages110-111
pages112-113
pages114-115
pages116

INFOS
Titre: Echoppe Nouvelle Génération
Magazine: Architecture Bois & Dépendances
N°28 Octobre/Novembre 2008
Pages 110 à 116
Auteur: Erwan Braem
Photographe: Serge Dubrocas

« Une habitation traditionnelle bordelaise préservée mais totalement  réinventée. C’est ce défi relevé par l’agence Sarthou & Michard Architectes. Transformation radicale…

« Nous habitions dans cette échoppe de plain-pied de 50 m2 depuis quelques années. Avec la naissance de nos enfants, il a fallu qu’on s’agrandisse. » Benoît Adenis-Lamarre, le propriétaire de cette échoppe située dans Bordeaux, n’avait pas imaginé une telle transformation. L’habitation typique bordelaise est traditionnellement petite, sombre et profonde. Grâce au projet de l’agence Sarthou & Michard Architectes, elle va radicalement se transformer. « Nous avons totalement désossé l’échoppe pour construire une maison neuve à l’intérieur » explique Beba Michard, l’une des deux architectes avec Charles Sarthou. Ce type de bâtiment étant protégé, la façade et le toit en tuile, coté rue, ont été conservés. Mais le reste a été transformé : une légère inclinaison d’un nouveau toit en zinc a permis de réaliser un étage sur l’arrière, dans lequel se trouvent les deux chambres, un dressing et la salle de bain. Au rez-de-chaussée, la cuisine a été transférée coté rue et le salon s’est placé coté jardin. Un an de chantier, réalisé par la société Bobat. La maison fait désormais 110 mètres carrés.Pour supporter l’étage, les architectes ont doublé les murs mitoyens. C’est l’ossature en sapin qui porte l’ensemble. Le placoplâtre a été directement vissé sur l’ossature après l’application d’un isolant en laine de verre. « Lorsqu’on m’a présenté le projet, raconte le propriétaire, j’avais quelques craintes notamment au sujet des termites, très présentes ici. Mais le bois a été traité et la chape de béton est légèrement plus étendue que la maison : c’est un barrage infranchissable. Et puis le bois est finalement une très bonne surprise, c’est beaucoup plus beau et plus chaleureux que le parpaing. » Le choix de l’essence y est pour quelque chose : c’est du chêne massif qui habille la maison, grâce à un bardage en lamellé collé. « C’est une essence très dure, qui ne bouge pas avec le temps, précise l’architecte. Esthétiquement, ce bois suit parfaitement les lignes et nous a permis de reproduire exactement notre dessin. » Le chêne se retrouve aussi à l’intérieur : le parquet, l’escalier et même le meuble Hi Fi réalisé sur mesure. « Le chêne donne une impression de solidité. C’est aussi une essence très lumineuse. » Et de la lumière, la maison n’en manque pas, grâce à l’immense façade vitrée orientée au nord. « La baie vitrée est tout simplement magnifique, » s’enthousiasme Benoît Adenis-Lamarre. 2,5 mètres de haut sur 5,5 mètres de large au rez-de-chaussée, rien ne vient bloquer le regard sur l’extérieur. Le jardin devient ainsi un prolongement naturel de la maison. À l’étage, les fenêtres restent fixes et ne servent qu’à l’éclairage. L’aération de chaque chambre se fait grâce à des volets, intégrés dans le bardage, situés entre les deux baies vitrées : un savant dosage entre structurel et esthétique. »

Tweet about this on TwitterGoogle+Share on FacebookShare on LinkedInPin on Pinterestshare on Tumblr